Saison 1, Épisode 3 : Zhangjiajie Géoparc

Saison 1, Épisode 3 : Zhangjiajie Géoparc

Avatar (2009) de James Cameron

EvènementsPartager sur les réseaux

« Pourquoi, dès qu'un peuple est assis sur quelque chose que l'on convoite, ce peuple devient notre ennemi, justifiant ainsi le pillage. » [Jake]


Un genre cinématographique « total » ?

Connaissez-vous des films qui mêlent des genres aussi variés que la science-fiction, l’action, l’aventure, l’idéologie et la psychologie ? Avatar est l’un d’eux ! Diffusé en 2009 dans le monde entier Avatar est une œuvre dont James Cameron rêve depuis 1994, date à laquelle il écrit un premier script. Son tournage devait commencer en 1997, juste après celui de Titanic. Mais les moyens technologiques, encore insuffisants pour une production aussi ambitieuse, ont obligé le metteur en scène à attendre l’année 2006 pour débuter sa réalisation.

L’histoire raconte la mission de Jake Sully en 2154, ancien marine paraplégique et contraint de vivre en fauteuil roulant, sur la planète géante Pandora. Recouverte d’une jungle luxuriante et peuplée d’autochtones appelés les Na’vis, son atmosphère gazeuse ne convient pas aux humains. Elle comporte pourtant des richesses en minerai rare qui suscitent la convoitise de grands groupes industriels. Leur extraction peut notamment résoudre les problèmes énergétiques sur terre. Ainsi Jake, l’ancien combattant, est sollicité pour une expérimentation génétique baptisée Avatar et devient le cobaye d’un programme inédit. Son esprit humain est intégré dans un corps biologique Na’vi commandé à distance et capable de survivre sur Pandora. Le personnage hybride, à nouveau valide, peut partir à la rencontre des populations indigènes au sein desquelles il doit s’infiltrer pour faciliter l’exploitation de gisements. Mais le cours de sa mission change lorsqu’il rencontre Neytiri, une très belle Na’vi, et s’aperçoit que les habitants de la planète vivent en parfaite symbiose avec la nature qui les entoure...

Le long-métrage Avatar a reçu une pléiade de prix aux BAFTA ou aux Golden Globes. Mais il a surtout décroché l’Oscar des meilleurs effets spéciaux.

Le saviez-vous ?

Avatar est l’un des films les plus coûteux de toute l’histoire du cinéma. Mais son succès public fulgurant et immédiat en fait également le plus rentable du monde. Avec un bénéfice de plus de 2,8 milliards de dollars américains il représente le plus gros succès commercial du 7ème art. Avatar est également le film le plus piraté après sa sortie en salle selon le site TorrentFreak.com qui annonce en effet plus de 16 millions de piratages. Pour le film Avatar, James Cameron a sollicité le Docteur Paul Frommer, diplômé en linguistique, pour inventer une nouvelle langue de 1 000 mots qui ne ressemble à aucune autre !

Connaissez-vous les spécificités géologiques d’un des lieux emblématiques du tournage ?

Les images du film Avatar pour illustrer la planète Pandora proviennent du site de Zhangjiajie dans le sud de la Chine. Classé Patrimoine Mondial Naturel par l’UNESCO ce Géoparc révèle 3100 colonnes aux formes variés et 800 rivières limpides d’une beauté à couper le souffle. L’érosion des couches de grès façonne le paysage pour lui donner un aspect fantasmagorique. Sur une surface de 86 km2 des colonnes allant jusqu’à 350 mètres de haut, des murs de grès et des arches jalonnent les lieux tels des sculptures taillées au fil du temps. L’histoire débute au Silurien, période allant de 443 à 419 Ma (millions d’années) durant laquelle des végétaux primitifs, dépourvus de feuilles, poussaient sur les rives des cours d’eau et des lacs. Les arthropodes, issus des mers, commencent alors à peupler la terre ferme. À cette époque la Chine est divisée en deux parties : le craton sino-coréen et le bloc de Chine du Sud, entouré d’océans, sur lequel repose aujourd’hui le site de Zhangjiajie. 

La physionomie actuelle des lieux provient notamment d’un processus de transformation à l’ére Paléozoïque. En effet il y a 380 millions d’années, le Sud-Ouest du Hunan subi une forte subsidence qui entraine le développement d’un environnement marin à cet endroit. Parallèlement la zone Wulingyuan, moins profonde, recueille à la même période de l’argile et des graviers transportés sur les littoraux.  Puis la longue et complexe solidification a transformé les sédiments en roche gréseuse quartzeuse d’une épaisseur pouvant atteindre des milliers de mètres.

L’édification des colonnes

Au cours du Silurien, la région se trouvait sous une mer peu profonde, comme le prouve la présence de lentilles de calcaire bioclastique composé de débris de coquilles ou d’autres résidus calcaire. Présentes dans une épaisse couche d’argiles avec des intercalations de grès, ces sédiments constituent les formations géologiques de Xiushan et de Xiaoxi. Puis la mer se retire et la sédimentation s’arrête. Mais le processus reprend durant le Dévonien (de 419 à 359 Ma) avec l’apparition des premières forêts. Cette fois 520 mètres de sable caractérise la formation géologique de Yuntaiguan. Composé de grains de quartz ce sable a été cimenté et transformé en grès au fil du temps et présente des intercalations de silt mêlé à de l’argile. Enfin du grès ferrugineux contenant une à trois couches d’hématite, un oxyde de fer, constitue la formation du Huangjiadeng dont l’épaisseur oscille entre 5,3 à 40,6 mètres. Ces couches plus résistantes à l’érosion forment des « chapeaux » considérés comme des « cheminées des fées ». Au Dévonien supérieur les amphibiens, premiers vertébrés, font leur apparition sur la terre. 

The Carboniferous period (from 356 to 299 Ma), marked by the appearance of large swampy forests transformed into coal seams, did not leave any sedimentary trace on the Zhangjiajie site. By deduction the geopark had to be emerged at this time. The sea returns during the Permian time (from 299 to 252 Ma), depositing a thick layer of limestone. This sedimentation ends definitively at the beginning of the Triassic (252 to 201 Ma). Thereafter, only recent river alluvium deposits enrich the relief. The Jurassic and Cretaceous strata are non-existent.

L’érosion des couches sédimentaires

Comment les couches de sédiments se sont érodées alors qu’elles se trouvaient sous la mer durant le Trias ? Elles ont d’abord été soulevées. Le premier mouvement a entraîné le retrait de la mer, non seulement de la région mais des deux blocs qui, assemblés, ont formé la Chine. Ce mécanisme a également provoqué la surrection de montagnes. Le soulèvement suivant correspond à la continuation de l’assemblage de l’Asie durant le Jurassique supérieur, environ de 160 à 140 Ma.  Un réseau de failles de direction nord-nord-ouest et est-nord-est s’est progressivement installé. Des mouvements ont continué durant presque tout le Crétacé, de 130 à 68 Ma réactivant les failles préexistantes et ajoutant un réseau de petits joints, fractures de roches dont les deux parties n’ont pas glissé l’une contre l’autre à l’inverse des failles. 

Le phénomène de l’érosion n’a commencé qu’au milieu du Pléistocène, depuis 1 Ma environ et résulte probablement de la série de glaciations représentative de cette époque. Les changements de climat et l’avènement de la rivière Suoxi ont incisé les terrains qui continuent de s’élever à hauteur de 2 centimètres par siècle depuis 930 000 ans. Les géologues ont d’ailleurs identifié d’anciennes terrasses alluviales. Ils ont également supposé que les racines de la végétation avaient joué un rôle dans la fracturation des roches. La présence de siltite, moins résistante que le grès, aurait notamment occasionné des entailles, zones de faiblesse.

Puis les eaux ont érodé les versants du Mont Tianzi de Zhangjiajie, de tous les côtés, façonnant ainsi les colonnes de grès. Le sommet de cette montagne, à peu près plat, comporte encore des calcaires du Permien et quelques grottes. Plus à l’est les vallées de Wangjia et de Heicao ont été creusées de la même manière. Mais la durée de vie de ces colonnes risque d’être brève à l’échelle des temps géologiques car l’érosion n’a pas fini de les abraser.


Sources:

https://actugeologique.fr/2020/03/la-foret-minerale-de-zhangjiajie/

Quartz sandstone peak forest landforms of Zhangjiajie Geopark, northwest Hunan Province, China: Pattern, constraints and comparison

Laissez-nous un commentaire !

VOUS SOUHAITEZ ÊTRE INFORMÉ DES PROCHAINS ÉVÉNEMENTS ?

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Restez informé !